Accueil

Ecrivains Nouvelles Textes divers

Magazines littéraires

 
Adaptations cinématographiques Repères historiques Traducteurs et éditeurs Ressources
 
              

Brève

Sortie du n° d'août 2014 du Monde diplomatique avec une nouvelle de Yan Lianke, "Le bras oublié", écrite pour le journal et traduite par Sylvie Gentil (pp 14-15).

 
       

 
                       
    Auteurs à découvrir  
               
   

Han Dong 韩东

Han Dong fait partie de la génération des écrivains chinois qui ont commencé à écrire au début des années 1980, mais il y occupe...

 
   
 
   

Chan Koonchung 陈冠中

Né à Shanghai, dans une famille originaire de Ningbo, Chan Koonchung a grandi à Hong Kong, puis est venu vivre à Pékin après...

 
   
 
   

Lu Min 魯敏

Lu Min fait partie de cette génération d’écrivains chinois nés dans les années 1970 que l’on est en train de...

 
           
                      

 

Actualités
      
 
              

Sortie d’un recueil de lavis et essais de Sheng Keyi : retour au paradis de l’enfance

Sheng Keyi (盛可以) vient de publier un recueil de sept lavis en couleur accompagnés de cinquante-trois essais (图文集)intitulé, symboliquement, « Pourquoi le printemps ne revient-il pas ? » (《春天怎么还不来》) ; le livre représente ce qu’elle a fait de plus personnel jusqu’ici, de plus chaleureux aussi.

Il marque une rupture de ton avec ses premiers écrits, dont le style était dur et acerbe ; en 2011 encore, la classant parmi les vingt écrivains chinois les plus prometteurs du moment, Littérature du peuple (人民文学) la décrivait encore...

   
                   

              

Liu Xinwu renoue avec le roman pour une peinture de Pékin « vue de sa fenêtre »

Avec Piaochuang (《飘窗》), publié en mai 2014, Liu Xinwu (刘心武) renoue avec le roman. Si « La tour de l’horloge et du tambour » (《钟鼓楼》), « Les quatre portiques » (《四牌楼》) et « Le pavillon du Phénix » 《栖凤楼》) forment une sorte de trilogie pékinoise, ce nouveau roman en constitue comme un appendice.

Piaochuang pourrait être traduit par « La baie vitrée » : le roman est comme une fenêtre ouverte sur les ruelles de la capitale, une peinture de la vie populaire à Pékin au cours des vingt dernières années, observée sur le vif...

   
                  

                   

Le festival Etonnants Voyageurs fête ses 25 ans avec, entre autres, six auteurs chinois

Le festival Etonnants Voyageurs (1) est né en mai 1990, d’un projet de salon du livre proposé à Michel Le Bris. A l’époque, l’avant-garde était en train de mourir à petit feu, un monde était en train de disparaître, un autre de naître, et de naître par la création artistique: Michel Le Bris se dit qu’ « il y avait une certaine urgence à ce que la littérature retrouve les chemins du monde »...

   
          

       

Une anthologie pour commémorer cinquante ans de relations diplomatiques entre la Chine et la France

L’idée de départ était de réunir dix textes de dix auteurs, représentatifs de l’évolution de la littérature et de la penséeau cours du demi-siècle écoulé depuis 1964, pour commémorer l’établissement, cette année-là, des relations diplomatiques entre la Chine et la France.

Comme le remarque judicieusement le professeur Zhang Yinde au début de sa préface, c’est déjà une gageure de vouloir établir une anthologie de la littérature chinoise contemporaine...

   
            

            

« Le jeu du plus fin » : brillante narration de Li Er sur la mémoire historique

Sorti en Chine en janvier 2002, « Le jeu du plus fin » (《花腔》), de Li Er (李洱), est certainement l’un des ovnis littéraires les plus subtils et les plus provocants que la littérature chinoise nous ait fournis ces dernières années : subtil dans sa construction et provocant par la pensée qui s’y exprime. Livre sur l’impossibilité d’appréhender une vérité historique indéfinissable même dans son essence, il louvoie entre les faits et la fiction, sans que l’on sache trop, bien souvent, où s’arrêtent les uns et où commence l’autre...

   
             

             

Le magazine de Ou Ning a vécu… Requiem pour Chutzpah !

Décidément, les magazines littéraires ne font pas de vieux os, en Chine. Chutzpah ! Tian Nan《天南》avait pourtant suscité beaucoup d’espoirs quand il avait vu le jour en 2011, dans la foulée d’une série de lancements qui semblaient vouloir faire bouger le secteur et avaient semblé, à l’époque, comme une petite révolution dans les magazines littéraires chinois...

   
               

              
--->>Plus
 
 
 
 
 
 
 
   
 

        Nouvelles à découvrir

Sheng Keyi 盛可以 《捕鱼者说》 « Paroles de pêcheur »
Cao Kou (曹寇) 《挖下去就是美国》 « Continue à creuser, au bout c’est l’Amérique »
Xu Zechen (徐则臣)《梅雨》« La pluie des prunes »
           
                       

        Nouvelles biographies

 
Pingjiang Buxiaosheng 平江不肖生
     
 
Liang Yusheng 梁羽生
   
 
Wang Dulu 王度庐
              
 
Jin Yong 金庸
           
           

        Mise à jour

Ba Jin 巴金
Shi Tiesheng 史铁生
Liu Xinwu 刘心武
Yan Lianke 阎连科
Yan Ge 颜歌
                      
           

        Recherches

  Auteurs de wuxia
Gu Long 古龙
Jin Yong 金庸
Liang Yusheng 梁羽生
Ni Kuang 倪匡
Pingjiang Buxiaosheng 平江不肖生
Wang Dulu 王度庐
             
  Brève histoire du wuxia xiaoshuo
  I. Origines, des Royaumes combattants à la fin des Yuan
I.1 Naissance et évolution de l’image du xia
I.2 Sima Qian et les Mémoires Historiques Portraits de xia et d’assassins
I.3a Apparition de la nüxia sous les Tang : Nie Yinniang et Hongxian
I.3b La danse de l’épée sous les Tang : la figure légendaire de Gongsun Daniang
  Le wuxia xiaoshuo au 20ème siècle
I. Avant 1949 : la Vieille Ecole 旧派武侠小说
I.1 Années 1920-1930 : Littérature populaire et wuxia - le cas Zhang Henshui
II. Après 1949 : la Nouvelle Ecole 新派武侠小说
               
           
               
                      

 

 

 

 

Qui sommes-nous ? - Objectifs et mode d’emploi - Contactez-nous - Liens

 

© chinese-shortstories.com. Tous droits réservés.

Conception et réalisation : ZHANG Xiaoqiu